La culture racaille a remporté la bataille culturelle

Sur Twitter, le 7 octobre 2019

Peu de gens en ont conscience mais la victoire de la culture racaille est totale chez les jeunes, même dans les milieux les plus aisés. Les conséquences de cette énorme régression intellectuelle et morale sont cataclysmiques. Si rien n’est fait, la France de demain sera véritablement le tiers-monde.

Pour que ce soit bien clair, voici ma définition de la « culture racaille » : Ensemble des items culturels (langage, habillement, musique, références, attitudes, nourriture, etc.) inspirés par les banlieues africanisées ou en provenant directement.

Cette « culture racaille » touche (à des degrés divers) la totalité des jeunes de moins de 20 ans et une part énorme de la population trentenaire. De nombreux quarantenaires y sont également sensibles.

En janvier 2016, voilà ce que j’écrivais sur le sujet. À l’époque, toutes les personnalités de droite vantaient leur fameuse « victoire idéologique et culturelle ». J’étais très seul à tenir ce discours.
Beaucoup ne comprenaient pas ces propos, croyant dur comme fer que les chiffres de ventes d’Eric Zemmour et que le basculement à droite de Michel Onfray démontraient que la victoire culturelle de la droite était inéluctable.
Aujourd’hui, ce discours victorieux absurde est moins présent mais toujours là.


Par Nicolas Faure, le 13 janvier 2016

Beaucoup d’intellectuels – de gauche comme de droite – considèrent que la bataille culturelle chère à Antonio Gramsci est toujours d’actualité et que la droite est en train de remporter la victoire grâce à l’absence de projet politique et culturel de gauche.

C’est une idiotie sans nom. Si la droitisation du peuple français semble réelle (raidissement par rapport à l’islam et à l’immigration notamment), cela n’est pas dû à une victoire culturelle de la droite et de ses représentants mais bien à l’absurdité congénitale de l’idéologie gauchiste.

Évidemment que le mythe du vivre-ensemble et du padamalgam sont destinés à se heurter au réel.
Évidemment que le multiculturalisme est voué à faire des nations européennes des poudrières.

Mais il y a bien longtemps que la droite a perdue la bataille culturelle pour de bon.
Sidérée par les attaques sur sa « xénophobie », son « antisémitisme » ou sa « réhabilitation du vichysme », la droite est morte depuis 68 et ne signifie rien d’autre pour des jeunes générations que la sécurité, le capitalisme et un peu plus de dureté sur la question migratoire.

Le véritable gagnant de la bataille culturelle est visible de manière évidente lorsque l’on analyse les nouvelles générations. Il s’agit de la racaillisation des esprits.

Il suffit de passer quelques heures dans un lycée, même privé, même bien noté et bien fréquenté, pour se rendre compte que les modes vestimentaires, les goûts musicaux, la façon de s’habiller, les tics de langage… Tout est copié sur les racailles.

L’abêtissement intellectuel permis par l’inanité du programme éducatif et culturel des 68ards a créé un vide immense, un néant qui a engendré son comblement par ce qui se fait de pire en matière d’intelligence, de grandeur et de beauté : la culture de la racaille.

La radio Le Mouv’, tête de pont de Radio France chez les jeunes qui était spécialisé dans le rock est devenue du jour au lendemain Mouv’, une radio de « musiques actuelles ».

Aujourd’hui, les jeunes écoutent majoritairement Jul et Booba, ne lisent plus – surtout pas les classiques – et passent leur temps à s’envoyer des snapchats en zonant sur Facebook.

Voilà le vrai vainqueur de cette débâcle culturelle, morale, intellectuelle et même physique : la culture racaille.

L’emploi du terme racaille n’est peut-être qu’un euphémisme qui empêche de voir le mouvement sociologique et civilisationnel de fond alors je vais employer un terme plus polémique mais – peut-être – plus adapté à la situation.

Le véritable vainqueur du combat culturel, c’est l’africanisation des esprits.

Y a-t-il un espoir ? Oui. Mais le temps presse.

Nicolas Faure
13 janvier 2016

4 commentaires sur « La culture racaille a remporté la bataille culturelle »

  1. Bonjour, c’est intéressant d’écrire un article en se fondant sur des impressions (lycées) et une anecdote (Le Mouv’), mais concrètement, pourriez-vous s’il vous plaît indiquer les faits pour soutenir une tendance à la domination de la « culture racaille », ou l’absence de lecture des classiques ? Voici par exemple un article du Parisien de 2018 qui se fonde sur une étude menée par le Centre National du Livre, qui précise que « Eh bien non, les 15-25 ans ne sont pas fâchés avec la lecture. […] Ils ont beau être les enfants de la révolution numérique vivant avec un smartphone greffé dans la main, 81 % d’entre eux lisent par plaisir 9,3 livres par an. » : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/livres/mais-si-les-15-25-ans-aiment-lire-18-06-2018-7780200.php

    J'aime

    1. Bonjour et merci pour ce commentaire.

      Avant tout, cet article a bien entendu des accents pamphlétaires et l’emphase de la phrase suivante est évidente : « Aujourd’hui, les jeunes écoutent majoritairement Jul et Booba, ne lisent plus – surtout pas les classiques – et passent leur temps à s’envoyer des snaps en zonant sur Facebook. »

      J’imagine bien que vous aviez compris que lorsque j’écris que les jeunes « ne lisent plus », c’est une exagération volontaire. Dès lors, attaquer l’ensemble du texte au travers de cette seule phrase semble un peu rude mais pourquoi pas, c’est le jeu.

      Quelques remarques après avoir consulté la source originale de cette étude (https://centrenationaldulivre.fr/donnees-cles/les-jeunes-adultes-et-la-lecture) :

      1/ Je ne suis pas du tout certain que l’échantillon soit bien représentatif. Normalement, c’est clairement annoncé dans des études d’opinion classiques mais là ce n’est pas spécifié, même si la méthode des quotas a été appliquée (mais à partir de quelle base ?).

      2/ On voit que la lecture arrive en 9e place des occupations des 15-25 ans. Très loin derrière d’autres activités moins exigeantes, notamment la consultation des réseaux sociaux (« s’envoyer des snaps en zonant sur Facebook »)

      3/ Les romans « légers » sont bien lus et les BD, mangas et autres comics ont énormément de succès.
      Du côté des classiques, 19 % des jeunes en auraient lu un au cours de l’année passée.
      Je suis très circonspect sur ce chiffre qui me paraît en décalage total avec la réalité. Reste que les jeunes ayant lu un classique en un an sont quand même largement minoritaires.

      Voilà pour mon analyse de cette étude intéressante.

      De manière générale, il existe encore une jeunesse qui lit. Mais il serait absurde de ne pas voir que, de plus en plus, la lecture des livres – notamment des classiques – est délaissée au profit d’activités beaucoup moins exigeante intellectuellement, au premier rang desquelles la visionnage de vidéos sur YouTube.

      Pour ce qui est de l’assise de mon raisonnement, elle n’est évidemment pas constituée de simples impressions et d’une « anecdote ». D’ailleurs, la transformation radicale du Mouv en une station dédiée au rap n’est absolument pas anecdotique. Il s’agit d’une démonstration parfaite que ce genre de musique a pris de l’ampleur au sein de la jeunesse et que cette transformation culturelle a été accompagnée (pour ne pas dire aidée) par le service public.

      Je n’ai pas publié ce texte après avoir entendu une fois des jeunes lycéens parler comme des racailles de Seine-Saint-Denis à la sortie de leur établissement.
      Mon analyse est le fruit d’un gros travail de veille sociologique mené de manière continuelle depuis des années. Je suis les actualités musicales, de production de contenu et de « pratiques de vie » des jeunes du mieux que je peux.

      Il me semble qu’il serait absolument impossible de nier qu’il existe des preuves claires de diffusion de cette « culture racaille » au sein de l’ensemble de la jeunesse. Le langage en est évidemment la preuve la plus éclatante. Les goûts musicaux également.

      Malheureusement, les quelques jeunes aimant encore les grands classiques littéraires français vont se faire de plus en plus rares dans les années à venir.

      À moins que…

      J'aime

  2. Pas besoin d’études du CNL ou autre organisme dont les études visent en général à démontrer une thèse préétablie. Il suffit de prendre le RER ou le métro à Paris ou dans n’importe quelle grande ville : 90% au moins des gens, et pas seulement les jeunes, ont le nez collé à leur portable, et pas pour y lire la version en ligne de « La Recherche… » Ceux qui lisent ne lisent pas un livre (quel qu’il soit) mais un journal qui est la plupart du temps un torchon de la presse gratuite. Et puis tous les autres qui ont le nez en l’air, ou qui dorment. Je ne vais pas continuer l’énumération, ce n’est pas le lieu, mais chacun peut faire ses observations lui-même.

    J'aime

  3. Bonjour,
    J’ai 23 ans cette année et en tant que jeune blanc français, je fais exactement le même constat que toi là-dessus depuis des années. Je suis révulsé par l’évolution de notre société qui malheureusement confond de plus en plus, le beau et le moche et s’accorde à s’intéresser à la pire merde qu’on lui présente.

    Même si ton article n’est pas référencé, je te crois entièrement parce que je suis de cette génération ou presque et malheureusement, je pense que si nous prenons pas le pouvoir d’ici 2022/2027, la situation va s’aggraver culturellement.

    Vive la France, vive l’Europe et vive les Blancs ! fier de l’être de gêne et de culture !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s