La taille du cerveau est significativement génétique

La taille du cerveau est significativement génétique

Par Nicolas Faure, initialement publié le 3 août 2018

Une étude parue le 12 juillet 2018 est venue confirmer plusieurs travaux antérieurs en utilisant un échantillon énorme, UK Biobank. Des scientifiques américains – pour la plupart d’origine asiatique – ont découvert que la taille des différentes régions du cerveau est largement héritable. Cette étude renforce notre connaissance de l’apport de la génétique à l’intelligence humaine.

Une grande héritabilité

Les chercheurs se sont penchés sur l’héritabilité de la taille du cerveau au sein de la population britannique d’origine européenne. Ils définissent comme suit l’héritabilité : « L’héritabilité est la proportion des variations phénotypiques observées qui peuvent être expliquées par des facteurs génétiques hérités. »

Les scientifiques ont regroupé 97 régions du cerveau en 18 zones et ont estimé l’héritabilité de la taille de chacune d’entre elles, ainsi que celle de la matière grise et blanche.

Les résultats de cette étude sont impressionnants : 66 % des différences de taille du cerveau entre les individus étudiés sont génétiques.

La génétique explique jusqu’à 80 % des variations de certaines zones du cerveau entre les personnes avec une valeur médiane de l’ampleur de ces variations génétiques locales à 35 %.
Dans les détails, environ 50 % pour les deux hippocampes, 42,5 % pour l’amygdale droite et 23,5 % pour l’amygdale gauche.

Pour les chercheurs les leçons à tirer sont claires : « Le volume des régions du cerveau est généralement héritable. » Mais ils nuancent en expliquant que « les influences génétiques ne sont pas distribuées uniformément à travers les différentes zones du cerveau. »

Des conséquences énormes pour la recherche sur l’intelligence humaine

Si l’on ne connait pas la part exacte du rôle des gènes, la taille du cerveau est donc significativement d’origine génétique. Or, la taille du cerveau est également corrélée de manière très forte à l’intelligence humaine. En effet, dans une méta-analyse définitive de cette question, Gignac et Bates ont démontré que le lien entre volume du cerveau et intelligence est « presque sans aucun doute » avéré. Et, selon eux, l’ampleur de ce lien est très important. Pour les deux scientifiques, le coefficient de corrélation de 0,40 est acquis.

Un lien aussi fort entre taille du cerveau et intelligence est l’un des éléments de preuve les plus clairs pour appuyer les nombreux spécialistes qui estiment que l’intelligence humaine est au moins significativement génétique.

Avec cette étude américaine démontrant que la taille du cerveau est d’origine génétique, la science fait à nouveau un pas de géant vers la compréhension de l’intellect de l’être humain.

Nicolas Faure
3 août 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s