Attentat de Nice. 30 musulmans tués : une intox médiatique ?

Attentat de Nice. 30 musulmans tués : une intox médiatique ?

Par Nicolas Faure, article initialement publié le 23 juillet 2016

Les médias ont rappelé de manière appuyée que 30 musulmans avaient perdu la vie lors de l’attentat de Nice.
Sur 86 morts au total, ce chiffre est significatif puisque cela représenterait près de 35 % des victimes.
Mais plusieurs éléments troublants apparaissent dans ce décompte de 30 victimes musulmanes.

La personne à l’origine de ce chiffre est Otmane Aïssaoui. Quelques jours seulement après les attentats, le 18/07, il donnait à La Croix le chiffre de 30 victimes musulmanes, dont 20 Tunisiens. Or, le 19/07, l’ambassade de Tunisie déclarait au Figaro que seuls quatre ressortissants tunisiens avaient été tués.

Des éléments étranges qui poussent à s’intéresser de plus près au traitement de cette affaire par des médias qui ont sans doute trop couru après la belle histoire de l’unité et du vivre-ensemble plutôt que de la probité journalistique.

Méthodiquement, nous reviendrons sur chaque publication médiatique sur le sujet des victimes musulmanes, en commençant par La Croix.

La Croix

Parution : 18/07/2016

Source sur le nombre de victimes musulmanes : Otmane Aïssaoui, le recteur de la Grande Mosquée de la ville
Nombre de morts avancé : 30, dont 20 tunisiens [1]

5 victimes évoquées nommément :
– Fatima Charrihi, 62 ans, originaire du Maroc, venue en France rejoindre son mari maçon.
– Medhi Hachadi, 12 ans, fils d’un arbitre de foot dont la jumelle est grièvement blessée.
– Mohamed Toukabri, 50 ans, mécanicien originaire de Tunisie.
– Kylian (4 ans) et Olfa Ben Souayah Khalfallah (sa mère), venus de Lyon.

Promotion du vivre-ensemble

Extrait de l’article de La Croix : « En réaction au drame, les imams de la région voudraient aussi lancer en septembre des « assises de réflexion et d’action » pour « déconstruire la haine » dans les quartiers sensibles ou en milieu scolaire. « Pour défendre le vivre- ensemble, contre les replis identitaires et les tentatives de récupération politique, il faudra rappeler que les gens sont morts ensemble, quelle que soit leur religion », explique Otmane Aïssaoui. »

Le Figaro

Parution : 19/07/2016

Sources sur le nombre total de victimes musulmanes : La Croix, Otmane Aïssaoui et une source anonyme de la municipalité.
Nombre de morts avancé : De 20 à 30.

Sources sur le nombre de morts par pays du Maghreb : Hamed Ben Brahim (consul général de Tunisie à Nice), le ministre algérien des Affaires étrangères et le consulat du Maroc.
Nombre de victimes maghrébines avancé : 13 en tout. (Tunisie : 4 / Algérie : 5[2] / Maroc : 4[3] )

4 victimes évoquées nommément :
– Fatima Charrihi, 62 ans, originaire du Maroc, venue en France rejoindre son mari maçon.
– Medhi Hachadi, 13 ans [et plus 12 ans comme dans l’article de La Croix, ndlr], fils d’un arbitre de foot dont la jumelle est grièvement blessée.
– Kylian (4 ans) et Olfa Ben Souayah Khalfallah (sa mère), venus de Lyon. [4]

Précisions

Dans l’article du Figaro, l’imam Otmane Aïssaoui nuance le nombre qu’il avait annoncé à La Croix :
« Otmane Aïssaoui, le recteur de la Grande Mosquée de la ville, évoque de son côté « entre 20 et 30 victimes musulmanes ». »
La source anonyme confirme, elle, ce chiffre de trente musulmans tués :
« Trente musulmans ont été fauchés […]. Un chiffre basé sur le rite funéraire demandé par les familles, confirme une source au sein de la municipalité. »
Le consul de Tunisie à Nice contredit la version de Otmane Aïssaoui qui parlait de 20 victimes tunisiennes :
« Selon Hamed Ben Brahim, quatre Tunisiens ont perdu la vie. »

Promotion du vivre-ensemble

Évoquant les fractures qui divisent une ville où la communauté musulmane est très nombreuse, Otmane Aïssaoui appelle « au calme, à la retenue, à la cohésion sociale » pour « honorer la mémoire des morts et rester fidèle au sang qui a coulé ». « Je crains la montée de la haine, les politiciens qui vont faire l’amalgame de tous les dossiers », confie-t-il au Figaro.

Le Point

Parution : 19/07/2016

Source sur le nombre de victimes musulmanes : l’Agence France-Presse et « les imams niçois, sur la base d’informations encore parcellaires ».
Nombre de morts avancé : 30

9 victimes évoquées précisément :
– Kylian (4 ans) et Olfa Ben Souayah Khalfallah (sa mère), venus de Lyon
– Bilal Labaoui, 29 ans, tunisien
– Fatima Charrihi, 62 ans, originaire du Maroc, venue en France rejoindre son mari maçon.
– Mohamed Toukabri, 50 ans, mécanicien originaire de Tunisie.
« Deux Franco-Algériens »
– Mehdi Hachadi, 13 ans (dont la sœur jumelle est toujours dans le coma) et Fatima Marzouk, 44 ans, sa tante. [5]

Promotion du vivre-ensemble

« La tension était très palpable lundi sur la promenade des Anglais de Nice où des invectives ont fusé à l’encontre des Maghrébins présents, selon plusieurs témoignages. Mais, pour les imams, il n’est pas question d’avoir peur et de gommer les signes d’appartenance à l’islam, comme le voile. « La montée de l’islamophobie, on l’a constatée ces derniers mois. C’est le fait d’une minorité infime », a estimé auprès de l’Agence France-Presse l’imam Otmane Aissaoui, en rappelant que ce sont aussi « des Tunisiens qui conduisaient les ambulances ou opéraient dans les hôpitaux le soir de l’attentat ». […] « On voit qu’il y a des gens qui utilisent des mots qui font mal, mais la communauté musulmane va enterrer une trentaine de personnes, c’est toute la France qui est en deuil ! » [insiste Boubekeur Bekri, imam d’une mosquée à Nice]. Au fond de la mosquée ar-Rahma, à l’issue des prières, les femmes se sont assises en cercle autour d’un immense plat de couscous, invitant les non-musulmanes à y goûter à leurs côtés. »

La petite phrase politicienne

« Votre communauté est sans doute la plus touchée dans cet attentat’’, a précisé un représentant de la mairie de Nice, Auguste Vérola. »

Le Monde

Parution : 21/07/2016

Source : Compte-rendus de cérémonie
Nombre de morts avancé : Aucun chiffre avancé

4 victimes évoquées nommément :
– Kylian (4 ans) et Olfa Ben Souayah Khalfallah (sa mère), venus de Lyon
– Mehdi Hachadi, 13 ans et Fatima Marzouk, 44 ans, sa tante.

Promotion du vivre-ensemble

« Conscient aussi de l’enjeu pour sa communauté, de la tournure que vont prendre les lendemains du drame : « On doit tous se remettre en question », a-t-il lancé à l’assemblée en évoquant « les politiques », « les religieux », mais aussi les « citoyens musulmans ou pas. Pour honorer le sang qui a coulé, faire en sorte qu’il n’ait pas coulé pour rien ». Ne pas tomber dans la stigmatisation de part et d’autre : « Les 84 sont morts ensemble. Ceux qui restent doivent continuer à vivre ensemble, comme un seul homme, face aux grands défis qui nous attendent, qui attendent notre pays. » Il répétera plusieurs fois « notre pays » au long de son prêche, déclamé en français. […] La tension était très palpable lundi sur la promenade des Anglais de Nice où des invectives ont fusé. »

Quel est donc le véritable nombre des victimes musulmanes ?

Otmane Aïssaoui, le recteur de la grande mosquée de la ville, n’était pas joignable dans l’immédiat.
Une membre de l’Union des Musulmans des Alpes Maritimes a confirmé le chiffre de 30 victimes musulmanes, dont 8 de Nice même.

Malgré cette déclaration, il suffit d’étudier les profils des 86 victimes identifiées pour se rendre compte que, sur ces victimes, seules 14 étaient vraisemblablement musulmanes.

– Fatima Charrihi, 62 ans, originaire du Maroc, venue en France rejoindre son mari maçon.
– Medhi Hachadi, 12 ans, fils d’un arbitre de foot dont la jumelle est grièvement blessée.
– Fatima Marzouk, 44 ans, sa tante
– Mohamed Toukabri, 50 ans, mécanicien originaire de Tunisie.
– Kylian (4 ans) et Olfa Ben Souayah Khalfallah (sa mère), venus de Lyon.
– Bilal Labaoui, 29 ans, tunisien
– Selma, 18 ans, Allemande d’origine turque
– Silan Aydin, 19 ans
– Laurence Sahraoui, 49 ans (convertie à l’Islam pour épouser son mari)
– Aldjia Bouzaouit, 42 ans, Algérienne
– Zahia Rahmouni, 72 ans, retraitée algérienne
– Adib Bousfiha, Marocain et possiblement sa femme Céline

Conclusion

Avec 14 victimes sur 86 – soit 16 % des personnes tuées – on est bien loin des 30 victimes annoncées par Otmane Aïssaoui, le recteur de la Grande Mosquée de la ville.
Les journalistes français, trop heureux de reprendre une information qui leur plaisait, ont donc vraisemblablement omis de vérifier la véracité de celle-ci.

Nicolas Faure
23 juillet 2016

[1] « 30 des 84 morts de l’attentat de Nice du 14 juillet étaient musulmans, d’après le recteur de la Grande Mosquée de la ville, Otmane Aïssaoui. […] Parmi les morts, on compte une vingtaine de Tunisiens. « Nous sommes en contact avec les consulats pour organiser le rapatriement des corps », explique Otmane Aïssaoui. »

[2] « Le ministre algérien des Affaires étrangères a lui annoncé que cinq Algériens au moins ont trouvé la mort. »

[3] « Selon le consulat du Maroc, quatre Marocains, deux femmes, un homme et un enfant de 13 ans ont été tués, une autre (la jumelle du garçon tué) est blessée. Parmi elles, Fatima Charrihi première victime du camion. »

[4] « Ce mardi, il célébrera dans la Grande Mosquée la prière pour une famille tunisienne, un petit enfant et sa mère, tués sur la promenade des Anglais. » (Olaf et Kylian vraisemblablement : http://www.leparisien.fr/societe/kylian-a-rejoint-sa-maman-olfa-18-07-2016-5975467.php)

[5] « Une cérémonie dans une autre mosquée honorera une femme franco-marocaine et son neveu de 13 ans. »
A rapprocher de cette information du Monde : « Quelque 200 personnes venues honorer Mehdi Hachadi, 13 ans (dont la sœur jumelle est toujours dans le coma) et Fatima Marzouk, 44 ans, sa tante. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s